La démarche « lean » peut se déployer sur des périmètres variables : repenser une supply chain complète  – prévisions, commandes, production, stockage, préparation des commandes, transport, systèmes d’information –, réorganiser les flux de transport en distribution ou améliorer l’efficacité de la cellule transport d’un site.
La démarche "lean" peut se déployer sur des périmètres variables : repenser une supply chain complète, réorganiser les flux de transport en distribution ou améliorer l’efficacité de la cellule transport d’un site.
Expertise

L’approche "lean" recentre les processus logistiques sur l’essentiel : la création de valeur. Voici cinq bonnes raisons d’y recourir.

1 Une vraie chasse au gaspillage
Axée sur la création de valeur maximale, la démarche d’amélioration "lean" s’applique à la supply chain comme à toute autre activité d’une entreprise. "Le ‘lean’, c’est une méthodologie, associée à un état d’esprit. On cherche à épurer les processus, à aller au plus juste", explique Laurent Servettaz, directeur Études et Projets, GEODIS Road Transport. Dès le départ, les flux et processus existants sont cartographiés sous forme de flux de valeur (Value Stream Mapping). Les étapes "faibles" sont identifiées. Elles feront l’objet de plans de progrès, ou roadmaps.

2  Applicable à différents niveaux
La démarche "lean" peut se déployer sur des périmètres variables : repenser une supply chain complète  – prévisions, commandes, production, stockage, préparation des commandes, transport, systèmes d’information –, réorganiser les flux de transport en distribution ou améliorer l’efficacité de la cellule transport d’un site. "Quel que soit le niveau, le ‘lean’ permet de déclencher une démarche de changement visant à améliorer les opérations, démarche à poursuivre dans la durée", précise Christian Barrachin, directeur Études et Méthodes, GEODIS Road Transport, certifié Black Belt.

3  Plusieurs cadres d’action
Les spécialistes "lean" de GEODIS Road Transport interviennent à la demande, pour des missions d’audit et de conseil ciblées. La démarche peut aussi s’inscrire dans le cadre d’un contrat de transport et de logistique. "Une fois l’activité stabilisée après le démarrage du contrat, nous prenons un engagement d’amélioration", détaille Laurent Servettaz.

4  Des résultats au rendez-vous
Plus de 70 tâches sans valeur ajoutée identifiées dans une supply chain, un taux d’erreur divisé par quatre dans des opérations de cross-docking, des flux de produits 30 % plus rapides… Réalisation à l’appui, le "lean" porte ses fruits. "Nous visons l’excellence opérationnelle, nous accompagnons le changement, les économies suivent naturellement", commente Christian Barrachin.

5  Des compétences à disposition
Les neuf membres du Bureau d’études et méthodes de GEODIS Road Transport sont certifiés en "supply chain management". L’équipe compte aussi un black belt et trois green belts, rompus aux outils du "lean" : VOC (Voice of Customer), VSM, DMAIC (Define-Measure-Analyse-Improve-Control), chantiers Kaizen, démarche 5S, conduite du changement, indicateurs standard. "In fine, c’est un travail de terrain, où notre expérience fait la différence dans notre métier de transporteur et de logisticien", ajoute Christian Barrachin.

Crédits photo: 

GEODIS

Christian Barrachin, directeur Études et Méthodes, GEODIS Road Transport, certifié Black Belt in Lean, CSCP (Certified Supply Chain Professional) :  
Nous visons l’excellence opérationnelle, nous accompagnons le changement, les gains suivent naturellement.

Rechercher