Plus de 2 milliards de plis de courrier publicitaire pourraient emprunter la voie ferroviaire chaque année.
Multimodal

Pour réduire ses émissions de CO2, la direction Courrier de La Poste a décidé de tester une nouvelle organisation basée sur des liaisons rail-route. Une expérience menée en partenariat avec SNCF Geodis.

En 2007, le groupe La Poste s’est engagé à réduire de 15 % ses émissions de CO2 d’ici à 2012. Parmi les solutions envisagées pour y parvenir, la direction Courrier a décidé d’étudier le transfert de certaines de ses 3 500 liaisons routières quotidiennes vers le rail. Dans cette optique, elle a lancé en septembre 2009 un appel d’offres européen, au terme duquel elle a retenu deux opérateurs, le Groupe SNCF Geodis et Tab. "Durant le processus de consultation, nous avons travaillé avec les prestataires afin d’identifier les flux les plus propices à une massification dans le respect des contraintes ferroviaires, raconte Guillaume Hériveau, responsable achats de matériels de tri et transport à la direction Courrier. Avec un impératif : pas question que l’amélioration de notre bilan carbone se fasse au détriment de notre qualité de service ou de notre compétitivité."

Une organisation pointue
Une première liaison aller-retour Lille-Marseille a démarré le 16 août. Une seconde entre Lille et Lyon le 20 septembre. Et d’autres liaisons devraient bientôt être mises en place, notamment entre le Havre et Bordeaux. La prestation consiste à acheminer entre les différentes plateformes hexagonales de La Poste d’importants volumes de courrier publicitaire. Elle prévoit un pré-acheminement routier en jour J à partir de 14h vers les terminaux ferroviaires de Dourges, Miramas, Vénissieux et Bègles-Hourcade, le transport par rail, puis un post-acheminement vers les plateformes Courrier pour une livraison en J+1 aux alentours de 9h. Pour limiter les opérations de chargement et de déchargement, les containers de courrier sont chargés dans des caisses mobiles. Ces dernières présentent l’avantage de pouvoir être transportées par camions, puis placées directement sur des wagons grâce aux ponts mobiles situés sur les quais des gares.

1 700 tonnes de COen moins
"La mise en place de cette organisation a nécessité une coordination étroite entre notre direction opérationnelle Geodis BM Multimodal, Novatrans, chargé du chargement et du déchargement, la division Fret SNCF, qui opère les trains concernés, et Neolog, la filiale logistique de La Poste qui pilote les opérations," affirme Laurent Rascle, en charge du client La Poste à la direction commerciale de Geodis BM. Dans un premier temps, 1 800 000 plis par jour devraient être acheminés par ce système (soit 350 millions par an). Mais La Poste n’entend pas s’arrêter là. "Si l’expérience s’avère concluante, nous souhaitons transférer d’autres liaisons vers le multimodal," poursuit Guillaume Hériveau. À terme, ce sont ainsi plus de 2 milliards de plis de courrier publicitaire qui pourraient emprunter la voie ferroviaire chaque année, permettant à La Poste de réduire ses émissions de CO2 de 1 700 tonnes par an.

 

Rechercher